Toute la journée, je fais des rimes

Mon nom est Ibrahim Monorim.

C'est évidemment un pseudonyme!

Ibrahim, c'est mon prénom intime,

Et Monorim, un faux patronyme

Car je préfère rester anonyme.

Devenu maître dans un art minime,

Toute la journée, je fais des rimes.

 

La poésie, ce n'est pas un crime

Mais une maladie gravissime,

Un passe-temps que l'on sous-estime

Qui ne me rapporte pas un centime.

C'est de cette façon que je m'exprime.

Sans elle, je deviens vite cacochyme.

Toute la journée, je fais des rimes.

 

Mon inspiration, je ne réprime.

C'est comme un poison qui m'envénime

De mes neurones pussilanimes,

Pour être original, je m'escrime

Et au dur labeur sans cesse je trime

Pour vous offrir des vers richissimes.

Toute la journée, je fais des rimes.

 

Mes créations sont toutes sublimes,

Certains même disent, excellentissimes,

Aussi bonnes que de grands millésimes.

Recherchant partout des synonymes,

J'enjolive par des détails infimes

Et cisèle, peaufinant à la lime.

Toute la journée, je fais des rimes.

 

Espérant une ola unanime,

Je vous livre mes pensées intimes

Qui, mon âme très lyrique, animent.

Mes lecteurs deviennent mes victimes,

A un unique son, mis au régime,

Pour que dans leurs têtes elles s'impriment.

Toute la journée, je fais des rimes.

 

Si la répétition vous opprime

Et vous fait sombrer dans la déprime,

Si au lieu de vous faire voir des cimes

Elle vous entraîne vers des abîmes,

Je sais que vous serez magnanime.

Toute la journée, je fais des rimes.

Encore une! Mais ce sera l'ultime.

 

De l'auteur Bruno DAILLY

07/02/2019

 

Ajouter un commentaire